Focus sur...

Norvège
Dans la nature

Krigsmuseum, Musée de la guerre, Narvik

Il y a un site qu’on ne voulait absolument pas rater lors de notre passage éclair à Narvik : c’est le Musée de la guerre.
Pourquoi ? Parce qu’ici s’est joué un épisode capital lors de la fameuse bataille de Narvik. Narvik était le port du fer, un maillon stratégique pour contrôler cette ressource et produire un arsenal inépuisable. Churchill et Hitler mirent donc le feu aux poudres et la région s’embrasa, condamnant à la guerre un pays qui avait choisi la neutralité.

Un étage entier est consacré à cette bataille. Au centre du dispositif, une carte interactive géante permet de suivre minute par minute les mouvements et les pertes de chaque camp. Bref, si vous aimez jouer à touché-coulé…
Bien évidemment, le musée relate de manière plus générale l’histoire de la Norvège pendant la guerre, son souhait de neutralité, son combat de résistance, l’exil vers Londres du Roi et du gouvernement et la gouvernance allemande aux côtés des nazis norvégiens.

L’ensemble du parcours est très bien documenté et aménagé, il faut dire que le musée vient de déménager pour investir un bâtiment flambant neuf du centre-ville.
Mais le plus intéressant reste cette salle « ZONA », totalement contemporaine dans le fond comme dans la forme, et qui saisit au vol les dérives guerrières et sécuritaires des sociétés modernes. Cette expérience immersive et dérangeante prend la forme de drones de la paix, d’instruments de torture ou d’un char retourné contre lui-même, ou peut-être contre nous ? Ce mur qui vient de s’éclairer, cette caméra qui nous filme et ce véhicule guerrier. Deux armes et une œuvre qui pose les bonnes questions.
Et si on laissait la guerre dans les musées ?
Partager