Le voyage avec bébé, c'est facile - Blog voyage lacartedumonde.fr

Le voyage Babyproof

Le voyage avec bébé, c'est facile

Article - 05.09.2016

Le voyage avec bébé, c'est facile

Article - 05.09.2016

Nous savons que la question est récurrente pour les futurs parents, et pour les voyageurs invétérés en passe d’accueillir un nouveau-né, elle est souvent une inquiétude. Peut-on voyager avec un bébé ?

Si j’ai voulu écrire cet article, c’est pour te rassurer, toi, future Maman, et toi, futur Papa. Oui, vous deux, qui faisiez les crétins sur le Salar il n’y a pas si longtemps, Avec bébé, si tu en as envie, tu voyageras.
Tu ne voyageras pas partout. Tu ne voyageras pas (tout à fait) de la même manière. On ne va pas non plus te vendre un rêve impossible. Voyager avec bébé, c’est un peu plus de contraintes, de limites. Mais ça n’empêche en aucun cas de faire des beaux voyages.
Pour exemple, Héloïse a aujourd’hui 10 mois. Elle a déjà vu l’Italie, la Suède, la Norvège, dépassé le Cercle Polaire, fait de la randonnée en Laponie et du télésiège à Capri. Elle a vu Pompéi, elle a vu Naples. Elle a babouillé avec des irakiens, des somaliens, des italiens (beaucoup d’italiens), des américains, des allemands, des suédois, etc… Et elle s’en porte très bien !
Pourquoi partir avec bébé ?
Quand nous attendions Ciboulette (nom de code de grossesse), on a souvent entendu la même phrase

« Avec bébé, rêvez pas. Le voyage, c’est fini »

J’ai toujours rassuré (ou pas d’ailleurs) mon interlocuteur en lui expliquant que pour nous, avoir un bébé n’impliquait pas de renoncer à notre passion du voyage. On avait fait comme vous, on avait lu des blogs, et on savait que c’était possible. En tout cas que d’autres l’avaient fait avant nous.

L’autre remarque récurrente est celle du souvenir. Pourquoi s’emmerder avec un mouflet qui ne se rappellera de rien ? Je travaille 45 semaines par an. Je suis absent grosso modo entre 8h et 20h chaque jour de la semaine. Si j’ai la chance en France de pouvoir cumuler 6 à 7 semaines de vacances à l’année, ce n’est pas en plus pour confier ma fille à ses Grand-Mères, qui certes, en seraient fort ravies. Je veux passer du temps avec elle, la voir grandir, lui montrer le monde et l’envie de découvrir.

Ce qu’on imagine mal, c’est à quel point le voyage est passionnant pour bébé. Héloïse est curieuse de tout. Depuis toute petite, elle attrape la main des autres enfants et se tourne naturellement vers les inconnus. Son jeu favori, c’est de faire coucou de la main (ou des deux, et badaboum). Cette passion est née en Italie, lorsqu’elle avait 7 mois. Elle a passé son voyage à faire coucou à la moitié du pays.
Où partir avec bébé ?
Tu pensais faire un trek dans la jungle de Bornéo ? Un voyage en immersion dans un village reculé d’Afrique ? Soyons réalistes. Il y a un certain nombre de choses que tu ne pourras pas faire avec ton mini-toi, mais le monde est largement assez vaste, alors pas d’inquiétude.

On peut citer au moins trois règles d’or à prendre en compte :

La santé de Bébé est fragile
Conséquence très simple : on évite les lieux situés à une semaine du premier hôpital de campagne. On évite aussi les zones touchées par le Paludisme ou autres maladies peu recommandables en général, et dramatiques pour un bébé. Et avant de partir dans un pays où l’eau n’est pas potable, on cherche des solutions en amont pour laver le biberon sans risque.

Bébé n’aime pas l’altitude
Les règles semblent varier d’un avis à l’autre, mais pour résumer mes lectures sur le sujet : ne pas dépasser 1200-1500 mètres jusqu’à 1 an, 2000 mètres jusqu’à 2 ou 3 ans et 3000 mètres jusqu’à 6-8 ans. Après, vous pourrez enfin l’emmener faire le zouave sur le Salar. La boucle est bouclée. Et attention quand même au Soroche !

Par ailleurs en parlant d’altitude, petit aparté sur bébé en avion.
Finalement, plus bébé est petit, plus c’est simple, car en général, il va plutôt passer le vol à dormir. Après environ le cap des 8 mois, ça commence à devenir un poil plus technique, mais rien de bien méchant. L’info principale à retenir, c’est qu’au décollage et à l’atterrissage, si tu as l’impression que tes oreilles sont un magnum de Champagne sous pression qui n’attend que de faire voler son bouchon pour laisser s’échapper toutes ses bulles d’un seul coup, dis-toi que pour Poupinou, c’est carrément la caisse de magnums toute entière.
Pour éviter ces désagréments et la crise de larmes – à ce moment où déjà la moitié environ de la cabine a les mains moites -, l’idée est de faire déglutir Poupinou : tétine, biberon, sein, tous les moyens pour tétouiller sont bons. Tu garderas les chewing-gums pour tes oreilles à toi, évidemment.
Pour ce qui est de la sécurité, les hôtesses et stewards prévoient le coup bien sûr, et une fois qu’ils ont repéré ton petit bagage à pattes, te fourniront et t’expliqueront le fonctionnement de la sur-ceinture à attacher (facilement) à la tienne pour le porter sur tes genoux. Sans oublier un très choupi micro gilet de sauvetage que tu espères bien sûr ne pas avoir à enfiler à ce petit animal, qui gigote déjà dans sa ceinture afin de tirer les cheveux de la passagère de devant.

Chaque bébé est unique
Bébé mange, dort, fait caca. Jusque-là, on a le même specimen.
Mais chaque bébé est différent. Héloïse mange de tout, toutes les marques de lait en poudre, tous les petits pots qu’on lui donne, chauds, tièdes, froids. Elle n’est pas difficile, et ses horaires de repas sont presqu’aussi aléatoires que les nôtres. Pour les siestes, on n’a jamais vraiment réussi à caler quoique ce soit d’officiel. Elle dort quand elle en a envie, mais elle dort aussi bien dans son lit qu’en poussette ou dans son porte bébé. Tous ces éléments rendent nos voyages plus faciles, et il n’est pas certain que la règle s’applique pour tous.
Vu notre manière de voyager, c’est quand même plus pratique d’acheter sur place une partie des pots, des couches et du lait plutôt que tout emporter dès le départ. Certains pourront même ajouter : allaitement maternel et couches lavables sont les mamelles du voyage avec bébé les doigts dans le nez.
Ce qu’on emporte (ou pas) pour bébé
On a commencé à voyager à deux en 2009, en mode backpackers. Sans permis de conduire, on a toujours utilisé les transports en commun pour se déplacer. C’est comme cela qu’on aime voyager et on avait envie de continuer.
Evidemment, quand on voit la famille du voisin partir en vacances sur la côte, remplir le coffre de son break d’un millier de choses pour ses enfants, on se pose des questions. A-t-on vraiment besoin de tant de choses pour bébé ? La réponse, évidemment, est non.

La poussette
Nous avons vu plusieurs blogueurs se passer de poussette, et on doit dire que ça nous laisse admiratif. Avec un bébé qui ne marche pas, la poussette reste le meilleur allié pour la sieste et l’espoir d’un dîner à peu près paisible au restaurant. C’est aussi moins fatigant qu’un porte-bébé en ville.
Comme on savait qu’on allait voyager, on s’est équipé avec la poussette la plus pratique du marché : la Yoyo. Repliée, elle est au format bagage cabine, ce qui est sacrément pratique dans les aéroports.

Le porte bébé
Absolument indispensable, le porte-bébé physiologique remplace parfaitement la poussette dès que le terrain devient trop irrégulier. C’est aussi une très bonne option pour les randonnées pas trop compliquées, plus facile à trimballer qu’un sac à dos spécifique avec siège bébé intégré. Et bébé adore être blotti contre Papa ou Maman, c’est un peu son chargeur de batteries à lui. Nous avons choisi l’Ergobaby Ventus, mais Manduca et Boba font aussi de très bons modèles.

Les trucs pratiques
Tu vas voir, changer bébé à Pompéi ou sur un ferry, c’est du bonheur ! Il faut l’indispensable pour changer bébé, le petit kit de survie du bon parent. Un petit tapis de change nomade et imperméable sera très utile, testé et approuvé.
Toujours dans le côté ultra léger et super pratique, on a acheté une couverture de pique-nique imperméable Amazonas qu’on dégaine très souvent. Faut se dire qu’on fait un peu plus de pauses qu’avant.

Ce qu’on n’emmène pas :

Le lit parapluie
Là aussi, on avait prévu le coup. Le lit de voyage pour bébé Traveller de Phil and Teds est ultra léger (2kg) et plutôt compact. Mais jusque-là, on a pu s’en passer. En Italie, en Suède, en Norvège, et sans doute dans plein d’autres pays, les hôtels mettent tous à disposition des lits bébés. Il suffit de demander. On a donc toujours laissé le lit parapluie à la maison, qui sert plutôt quand nous allons passer la soirée chez des amis.

Les jouets
Ou alors vraiment le minimum. Un doudou, un jouet fétiche et un petit bidule qui fait du bruit. Bébé s’amusera autant avec un bout de carton ou une carte de randonnée. Alors pas besoin de se trimballer le coffre à jouets en entier.
Nos voyages avec Héloïse
On le disait, avec Héloïse, nous sommes déjà partis en Italie, en Suède et en Norvège. On a décidé de rester en Europe pour commencer, mais nous irons bientôt fouler les terres d’autres continents.
L’Europe, ça reste plus rassurant au début, ça permet de retrouver le bon rythme du voyage sans stress, là où une destination plus exotique ajouterait des contraintes (de santé en particulier).

Pour voir comment nous avons vécu ces premiers voyages avec bébé, c’est pas loin. Clique ci-dessous pour voir :

La Baie de Naples : Une superbe balade entre Naples, Capri et la côte Amalfitaine

Au-delà du Cercle Polaire : Une traversée scandinave de la Baltique à l’Atlantique, de la Laponie aux îles Lofoten.

Alors bon voyage à ton tour avec bébé. Ce sont des moments qui comptent !

Je poste un commentaire

Article : Le voyage avec bébé, c'est facile


Le pays des fjords

Norvège

Découvrir

Plus d'articles...