logo lacartedumonde.fr fond transparent
Yaxchilan, une cité maya au coeur de la jungle

Yaxchilan, une cité maya au coeur de la jungle

On ne peut y accéder que par bateau

Yaxchilan, une cité maya au coeur de la jungle

Dans la jungle profonde des Chiapas, entre Mexique et Guatemala, la mystérieuse cité Maya de Yaxchilan est un secret bien gardé. Sous les hurlements des singes hurleurs, partons à la découverte de ce site extraordinaire au fort goût d’aventure, niché dans une boucle du Rio Usumacinta.

Venir à Yaxchilan est déjà tout un voyage. Il n’y a pas de route pour venir dans ce coin perdu de la forêt mexicaine, alors c’est en lancha qu’on se rend dans les ruines de l’antique cité précolombienne. Au départ de Frontera Corrozal, ville frontière avec le voisin Guatemala, on descend pendant une heure les méandres sinueux du Rio Usumacinta, au cœur d’une jungle toujours plus dense.

Yaxchilan, temples mayas et singes hurleurs

Au débarcadère, ce sont les cris rauques des singes hurleurs qui accueillent les visiteurs. Ils sont perchés à haute altitude dans les arbres en bord de fleuve. Grâce à eux, la forêt vibre et respire. Nous sommes déjà loin de tout, dans un espace préservé, et il reste encore 10 minutes de marche sous la canopée pour rejoindre l’entrée de Yaxchilan.

Le premier temple, lien vers l’inframonde, apparaît à travers une trouée dans la forêt, comme dans un épisode d’Indiana Jones. Après avoir traversé son labyrinthe souterrain, on ressort sur la Gran Plaza, immense clairière autour de laquelle sont disséminés les principaux édifices de la cité, dont certains cachent d’étonnantes voutes sculptées.

De la place s’élance un monumental escalier qui grimpe au sommet d’une colline. Là-haut siège la Grande Acropole. De là part un sentier qui rejoint la Petite Acropole, toute proche de l’entrée du site.

Jungle profonde autour de Yaxchilan Les singes hurleurs, gardiens de Yaxchilan la Grande Acropole, en haut du site de Yaxchilan
Yaxchilan est une cité Maya qui siège au cœur de la jungle profonde

Yaxchilan, cité concurrente de Tikal et Palenque

Construite au 4e siècle, Yaxchilan a connu son apogée au 8e siècle, à la fin de la période classique Maya. Son principal rival sur le Rio Usumacinta était Piedras Negras, une cité aujourd’hui située au Guatemala. Elle entretenait aussi des relations, parfois guerrières, avec les prestigieuses Tikal et Palenque, deux des plus imposants centres de la civilisation Maya.

Temple de Yaxchilan sur la Gran Plaza
Temple de Yaxchilan, Mexique

En dehors des principaux circuits touristiques, Yaxchilan n’a pas connu le luxe des grandes restaurations et pour cette raison s’inscrit en harmonie dans son écrin naturel. Les temples de Yaxchilan sont moins impressionnants que ceux d’autres cités que j’ai pu visiter lors de mon voyage au Mexique, mais c’est ce côté sauvage, immaculé, qui le rend si particulier.

Voutes sculptées à Yaxchilan
Yaxchilan, une excursion à faire depuis Palenque

Pour visiter Yaxchilan, le plus simple est de se greffer à une excursion depuis la ville de Palenque. La plupart des excursions comprennent Yaxchilan et le site de Bonampak, connu pour ses sublimes fresques.

Pour en savoir plus sur les autres sites à visiter dans cette région incroyable, je vous invite à lire le récit de mon étape mexicaine du côté de Palenque.

N'hésitez pas à laisser un commentaire Je vous réponds la plupart du temps en moins de 48 heures !
Partager votre commentaire





Les commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Lancez-vous en premier !

Votre prochaine destination ?

Si cet article vous a intéressé, il y a sans doute plus de contenus à découvrir sur La carte du Monde. Alors on part où ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partager
A lire également Oaxaca et Monte Alban Les secrets de Palenque et de la jungle des chiapas
Retourner en haut
Raphaël, la cartedumonde.fr

A propos

Je suis Raphaël et j'ai créé la carte du monde, un blog voyageur sans voiture, en famille et très souvent dans la nature. Ce blog voyageur existe depuis le 23 septembre 2015. 6 ans déjà ! Je l’ai appelé La Carte du Monde, car c’est dans les atlas, les globes terrestres et les planisphères que j’ai puisé mes premiers rêves de voyage. Depuis, j’ai grandi, et certains de mes rêves sont devenus réalité. Je peux désormais tracer mes itinéraires directement sur la planète Terre. Plus d'infos