logo lacartedumonde.fr fond transparent
Les secrets de Palenque et de la jungle des chiapas

Les secrets de Palenque et de la jungle des chiapas

Nature exotique et temples perdus

Les secrets de Palenque et de la jungle des chiapas

A Palenque, on change de décor. Place aux jungles profondes, à la végétation exubérante, aux couleurs exotiques. Et ce n’est pas tout. Ici de mystérieux temples mayas du fond des âges côtoient des sites naturels d’exception. Visiter la région de Palenque est une extraordinaire plongée dans la nature et la culture mexicaine.

Dans notre voyage au Mexique, cette étape à Palenque se situe après San Cristobal de las Casas et avant notre découverte de la péninsule du Yucatan.

Palenque, extraordinaire cité maya perdue dans la jungle

La ville moderne de Palenque

Très touristique, la ville de Palenque est un endroit bruyant et cosmopolite. Ici, les hébergements sont plus chers que dans le reste du pays (en dehors des sites très touristiques du Yucatan) et de moins bonne qualité. On dort à la Posada Nacha’n – Ka’an, hôtel le plus sommaire de notre virée mexicaine, mais le service est ok et les chambres sont propres.

Il ne faut d’ailleurs pas confondre Palenque, la ville moderne, et Palenque, le site archéologique. Les deux entités sont distantes de 5km, et certains pourront être tentés de choisir un hôtel plus proche de l’entrée du site pour faire l’ouverture. Plus on se rapproche de l’entrée, plus les prix augmentent.

En ville, on retrouve l’ambiance exotique des restaurants aux grandes terrasses ouvertes et aux ventilateurs tournants. Et oui, fini, la fraîcheur des hautes terres. A Palenque, le thermomètre fleurte avec les 30 degrés même en soirée. C’est par exemple le cas de l’agréable restaurant Las Tinajas, situé à quelques pas de notre hôtel.

Visiter le site archéologique de Palenque

À la frontière des plaines du Yucatan et des hautes terres, Palenque est une promesse d’inédit. On s’y retrouve propulsé dans une nature de jungle exubérante peuplée de bestioles en tous genres. Cet univers nouveau décuple le plaisir de la découverte d’un site archéologique majeur, peut-être le plus important du monde Maya au Mexique.

Site archéologique de Palenque, inscrit au patrimoine mondial
De grands escaliers à explorer, Palenque

L’entrée du site forme une rencontre inoubliable. C’est une mise en scène folle, un chemin sous la canopée qui dévoile bientôt une étroite clairière, alignement majestueux de temples baignés dans la brume matinale. Le tableau est un peu vertigineux et ce lieu, irrésistible centre d’attraction, c’est le site Maya de Palenque.

La pente abrupte du Templo de las Inscripciones domine l’horizon, et à sa gauche, la silhouette massive du Palacio invite à l’exploration. Palenque est une constellation de places reliées entre elles par des allées dessinées dans la jungle. On ne résiste pas à l’envie de gravir chaque temple pour découvrir de nouveaux points de vue sur la cité, car malgré son intense fréquentation, le site archéologique offre de vrais espaces de liberté.

Admirez la vue au sommet du Templo de la Cruz, puis grimpez sur la plate-forme d’El Palacio par son réseau de tunnels-labyrinthes. Ce palais est le plus ludique de Palenque, c’est aussi l’un des plus marquants avec sa tour carrée, ses superbes stèles et ses peintures murales qui ornent encore ses allées.

Cité maya de palenque, dans les Chiapas au Mexique
Grimpez en haut des temples pour découvrir des panoramas extraordinaires sur l’ensemble du site

Si la visite matinale du site de Palenque permet d’éviter les plus fortes chaleurs, elle ne permet pas d’échapper à la foule qui se presse nombreuse à l’ouverture du site dès 9 heures du matin. Il faut donc savoir faire abstraction de ce fourmillement un peu bruyant pour s’immerger dans la splendeur de la cité.C’est le seul petit bémol, la rançon du succès d’un site qui laisse un souvenir impérissable.

Ici, chaque pas révèle de nouveaux mystères, des temples jusque-là invisibles, des peintures monumentales, des bas-reliefs nichés dans un recoin. Trois heures de visite nous permettent de voir l’essentiel, mais à vrai dire, si c’était à refaire, j’affronterai les chaleurs de l’après-midi pour y passer la journée entière.

Palenque, bon à savoir

  • A privilégier : la saison la moins chaude de Novembre à Février
  • A éviter : la saison des pluies de juin à Octobre
  • Le site ouvre à 9 heures (note : 8 heures désormais) le matin et ferme à 17 heures. Il y a du monde dès l’ouverture, alors n’hésitez pas à tenter aussi la fermeture, car il semble que les groupes privilégient la visite le matin pour éviter les chaleurs de l’après-midi.
  • Nous y avons passé 3 heures, vous pouvez y passer la journée.
  • Pour se rendre sur le site, des bus et des taxis circulent entre la ville et les ruines. Des transports sont aussi organisées par les agences et permettent de faire Palenque et Agua Azul dans la même journée.

Autour de Palenque, des sites mayas à découvrir

Palenque n’est pas la seule cité maya à découvrir dans la région. Voici ceux que nous avons visité lors de notre visite des chiapas.

Tonina, un site maya hors des sentiers battus

Sur le chemin entre San Cristobal de las Casas et Palenque, Tonina est un site dont la visite en indépendant est une petite aventure. Pour s’y rendre, il faut d’abord s’arrêter à Ocosingo. La gare routière d’Ocosingo, à deux heures de bus de San Cristobal, est située en surplomb de la ville. Le petit bureau peut servir de consigne à bagages. Un bon point !

Ensuite, il faut trouver les collectivos pour Tonina, qui ne partent pas de la gare routière, mais du marché, en plein centre-ville. Ce serait trop facile. Le site de Tonina est un peu hors des sentiers battus et même les habitants de la ville ont du mal à nous diriger vers le bon point de départ. On finit par trouver cette gare des collectivos, tout proche des étals animés du marché. Notre van part quelques minutes plus tard et nous ammène en 30 minutes à l’entrée (gratuite) du site archéologique de Tonina.

Site maya de Tonina, dans les chiapas
Une exploration en liberté du site maya de Tonina

Après le petit musée d’usage, un large chemin dans la campagne mène jusqu’au site. Ça sent la bouse de vache et l’herbe humide. C’est bucolique à souhait. Après un court passage en sous-bois, une vaste clairière dévoile l’ensemble majestueux de Tonina, un ensemble qui gravit en terrasses les flancs d’une colline. Avec ses 80m de haut, il forme un superbe espace de jeu, totalement ouvert et libre, qu’on peut arpenter jusqu’à son sommet par des escaliers de plus en plus étroits et de plus en plus raides. Tonina est un site un peu hors des sentiers battus, on y voit des mexicains venus pique-niquer en famille, quelques touristes indépendants, mais les groupes ne s’y arrêtent pas. Sérénité et quiétude s’imposent ici, comme un air de dimanche à la campagne.

Au retour, le système emprunté à l’aller fonctionne toujours, mais nous trouvons un transport privé qui nous fait gagner un peu de temps, avant de reprendre le bus à Ocosingo pour Palenque qu’on rejoint en 3 heures au bout d’une longue descente de 1000 mètres de dénivelé.

Yaxchilan et Bonampak, des temples au cœur de la jungle

Voici une superbe excursion à faire depuis Palenque. Attention, c’est une longue journée qui débute à 6 heures et s’achève à la nuit tombée.. Les deux sites mayas de Yaxchilan et Bonampak sont assez éloignés, aux confins du Mexique et tout proches de la frontière guatemaltèque. Contrairement à d’autres excursions qui ajoutent des arrêts inutiles, les tours organisés par les agences vers Bonampak et Yaxchilan se concentrent sur l’essentiel, et laissent un maximum de temps pour visiter les deux sites

Après 4 heures de route, à la ville frontière de Frontera Corrozal, nous troquons notre mini-bus moderne pour une lancha en bois. Avec elle, nous remontons pendant 1 heure les flots du Rio Usumacinta. Dans une boucle du fleuve, perdu au fond de la jungle, se cache le site archéologique de Yaxchilan, dont je parle plus en détails dans cet article. Son accès difficile lui donne un petit goût d’aventure, mais c’est surtout l’environnement fascinant de la jungle et le récital permanent des singes hurleurs qui laissent du site un souvenir impérissable.

Art maya dans les temples de Bonampak, au Mexique
Les petits temples de Bonampak cachent d’extraordinaires fresques murales

On retourne à la case Frontera Corrozal pour le déjeuner, puis nous reprenons la route à rebours pour un arrêt 30 minutes sur le site de Bonampak. C’est le plus petit site Maya que nous verrons au Mexique, un monticule parcouru de quelques temples rabougris par le temps. Il faut franchir le pas de trois d’entre eux pour découvrir des chambres aux peintures miraculeusement conservées par le temps. Trois chambres qui délivrent des scènes de combat, de soumission guerrière, de pouvoir… C’est ici qu’on a compris : Les Mayas n’étaient pas un gentil peuple pacifique. Oh non !

La longue route du retour s’achève à Palenque autour de 21h30, après une longue journée d’archéologue en herbe à la rencontre de cités perdues dans la jungle et de secrets cachés des siècles durant dans les entrailles de temples millénaires. Indiana Jones n’était pas très loin, c’est certain !

La jungle et ses merveilles naturelles

Les sites mayas autour de Palenque baignent dans une magnifique atmosphère de jungle tropicale. Ce décor sert aussi de toile de fond à plusieurs sites naturels tout proches, comme la cascade de Misol-Ha et le site magnifique de Agua Azul. Les deux sites peuvent se visiter à la journée en indépendant, ou en demi-journée via les excursions organisées par les agences.

La cascade Misol Ha

Misol-Ha est une jolie cascade, voilà. On peut passer derrière à la queue leu leu, et il y a paraît-il une deuxième cascade cachée dans une grotte pour laquelle il faut payer un droit d’entrée spécifique. On économise quelques pesos en rebroussant chemin. Il faut dire qu’il y a vraiment beaucoup de monde sur le petit chemin autour de la cascade…

Les magnifiques chutes d’Agua Azul

Si Misol-Ha ne revêt pas un caractère incontournable, la série de chutes et de bassins qui forme le site naturel d’Agua Azul est un véritable bonheur pour les yeux. Nous y passons 2h30, le temps de remonter cette série majestueuse de chutes d’eau à la couleur turquoise, de prendre notre premier bain au Mexique dans un coin tranquille, presque tout en haut du site.

Les chutes d’Agua Azul dans les Chiapas au Mexique
Les superbes chutes d’Agua Azul

Là encore, il faut savoir que le roi tourisme a mis à rude épreuve la quiétude des lieux. Les stands de nourriture et les boutiques en tous genres se sont positionnés le long du chemin sur 1 bon kilomètre. Il y a donc sur la partie basse du site un petit bruit de fond auquel il faut s’habituer. Malgré cela, Agua Azul est un lieu magnifique qui mérite clairement le détour.

De Uxmal à Chichen Itza, à la rencontre des pyramides Mayas

Votre prochaine étape

De Uxmal à Chichen Itza, à la rencontre des pyramides Mayas

Découvrir
N'hésitez pas à laisser un commentaire Je vous réponds la plupart du temps en moins de 48 heures !
Partager votre commentaire





Les commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Lancez-vous en premier !

Votre prochaine destination ?

Si cet article vous a intéressé, il y a sans doute plus de contenus à découvrir sur La carte du Monde. Alors on part où ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partager
A lire également Oaxaca et Monte Alban Au bout de la route, Tulum et la côte Caraïbe
Retourner en haut
Raphaël, la cartedumonde.fr

A propos

Je suis Raphaël et j'ai créé la carte du monde, un blog voyageur sans voiture, en famille et très souvent dans la nature. Ce blog voyageur existe depuis le 23 septembre 2015. 6 ans déjà ! Je l’ai appelé La Carte du Monde, car c’est dans les atlas, les globes terrestres et les planisphères que j’ai puisé mes premiers rêves de voyage. Depuis, j’ai grandi, et certains de mes rêves sont devenus réalité. Je peux désormais tracer mes itinéraires directement sur la planète Terre. Plus d'infos