logo lacartedumonde.fr fond transparent
Tupiza, le far west en Bolivie

Tupiza, le far west en Bolivie

Quelques jours à Tupiza

Tupiza, le far west en Bolivie

A l’extrême sud de la Bolivie, près de la frontière argentine, Tupiza pourrait tenir les premiers rôles dans un far west. Avec son décor de cactus, de canyons rouges et ses rues où se baladent des meutes de chiens, elle a quelque chose d’inconfortable et de spécial. Sur les traces de Butch Cassidy et le Kid, nous passons quelques nuits à Tupiza pour préparer notre circuit dans le Sud Lipez.

Venir à Tupiza, le bout du monde avant le bout du monde

Quand vous lirez ces lignes, la route entre Potosi et Tupiza sera terminée. En attendant, c’est 4h30 de piste en terre bosselée et épuisante, sise au milieu d’un paysage semi-désertique digne des meilleurs westerns.

Si on arrive à Tupiza en bus, on en repart en général en 4x4. La ville est un point de départ pour les excursions vers le Sud Lipez, un bout du monde avant le bout du monde.

En allant vers le sud, on peut aussi rejoindre l’Argentine. Après tout, San Salvador de Jujuy n’est qu’à 8 heures de route et Salta à 10 heures.

l’hôtel Mitru, un hébergement avec piscine à Tupiza

Où dormir à Tupiza ?

Considéré comme le meilleur choix d’hébergement à Tupiza, l’hôtel Mitru est situé en plein centre-ville avec une piscine non chauffée (donc un peu glaciale). Les chambres sont propres et calmes.

L’agence Tupiza Tours, attenante à l’hôtel, organise des circuits dans le Sud Lipez et la région de Tupiza.

Faire une balade à cheval autour de Tupiza

A Tupiza, monter à cheval semble une évidence. Le décor est tel qu’on se croirait déjà dans un western. Butch Cassidy et Sundance Kid ont fini leur vie pas très loin d’ici. Pas un hasard. Du petit bureau de l’agence Alejandro Travel Service, nous montons à l’arrière d’un camion pour rejoindre le ranch 1km plus au sud. Nos montures s’appellent Lucho et Moro. A cheval !

Sans aucune expérience ou presque, nous avançons d’un pas trainant sur la terre ocre, entourés de cactus de toutes formes. Nous arrivons à notre premier arrêt : le canyon del Duende. « Bueno Amigos, aqui es el canyon del Duende », lance notre guide qui doit avoir 12 ans à vue d’œil, mais qui est beaucoup plus à l’aise que nous à cheval.

La promenade à pied dans le canyon est vraiment spectaculaire. On se régale de cette ambiance western et du soleil de plomb qui l’accompagne. On se régale aussi des tamales, de délicieux chaussons au maïs et au lama, qu’on nous sert pour le déjeuner. Jusque-là, tout va bien.

Canyon del Duende à Tupiza
La sortie du canyon del duende, à Tupiza

On ne sait pas trop pourquoi, mais nos guides troquent nos chevaux après le déjeuner. Adieu Moro, remplacé par le bien nommé Uraqan. Valy se retrouve avec une nouvelle monture, manifestement pressée de voir la suite.

A peine sorti du Canyon, Uraqan part au galop. Je suis juste derrière, avec Lucho, et Lucho aussi, il part au galop. Je lutte, m’accroche, tire les rênes du cheval tant bien que mal, manque de tomber mais parviens malgré tout à stopper la course folle.

Devant, Uraqan s’en fout et continue sa course folle, avec Valy sur son dos. Il prend un chemin à travers les champs de cactus. La poussière s’élève, de plus en plus opaque au fur et à mesure qu’il s’éloigne. Sa cavalière est brinquebalée à gauche, à droite. Elle lutte, résiste, mais cela ressemble plutôt à un rodéo. Valy finit par céder et est jetée par-dessus bord entre deux cactus. Uraqan, lui, fonce toujours, traverse un pierrier, rejoint le chemin principal et dans son emballement fait tomber deux sacoches qu’il avait aux flancs. Quelle scène de cinéma !

On attend l’apparition de Butch Cassidy ou de John Wayne, mais John Wayne ne vient pas. La scène est formidable mais ce n’est pas un film. Heureusement sans trop de dégâts au final. Le cheval, c’est pas notre dada (ah ah qu’il est drôle), alors la suite de la balade ce sera pour une autre fois. On rentre en ville.

Préparer son circuit dans le Sud Lipez

Pour beaucoup de voyageurs, Tupiza est avant tout le lieu de départ idéal pour les excursions dans le désert du Sud Lipez, merveille incontournable du sud de la Bolivie. Alors qu’Uyuni constitue la porte d’entrée classique, Tupiza est une alternative qui présente quelques atouts, comme le fait d’être à contre-courant des circuits traditionnels (donc moins de monde) et d’assister le dernier matin au lever de soleil sur le salar de Uyuni.

A ce tour classique de 4 jours, nous souhaitons ajouter l’ascension d’un volcan. Nous faisons donc le tour des agences de Tupiza pour leur présenter notre projet et trouver d’autres voyageurs afin de remplir le 4x4. Nous allons voir Tupiza Tours, l’agence attenante à l’hôtel Mitru où nous séjournons, l’agence Grano de Oro et Alejandro Travel Service. Seule la première nous demande un acompte non remboursable, ce que nous refusons.

Ensute, il n’y a plus qu’à attendre le coup de fil dès qu’une agence aura trouvé nos partenaires de voyage. En haute-saison, cela prend rarement plus de 24 heures. Mais nous sommes en Novembre, et il n’y a plus grand monde en Bolivie. Nous attendons trois jours avant de valider notre billet pour le Sud Lipez, avec Suzanna et Ernesto, des argentins venus découvrir le voisin bolivien.

Quelques jours inoubliables dans le désert du Sud Lipez
N'hésitez pas à laisser un commentaire Je vous réponds la plupart du temps en moins de 48 heures !
Partager votre commentaire





Les commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Lancez-vous en premier !

Votre prochaine destination ?

Si cet article vous a intéressé, il y a sans doute plus de contenus à découvrir sur La carte du Monde. Alors on part où ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partager
A lire également Découvrir le Salar de Uyuni, le plus grand désert de sel du monde Quelques jours inoubliables dans le désert du Sud Lipez
Retourner en haut
Raphaël, la cartedumonde.fr

A propos

Je suis Raphaël et j'ai créé la carte du monde, un blog voyageur sans voiture, en famille et très souvent dans la nature. Ce blog voyageur existe depuis le 23 septembre 2015. 6 ans déjà ! Je l’ai appelé La Carte du Monde, car c’est dans les atlas, les globes terrestres et les planisphères que j’ai puisé mes premiers rêves de voyage. Depuis, j’ai grandi, et certains de mes rêves sont devenus réalité. Je peux désormais tracer mes itinéraires directement sur la planète Terre. Plus d'infos