Narvik, sur la route des Lofoten, Norvège - Blog voyage La carte du Monde

Narvik, Kabelvag et Henningsvaer

Narvik, sur la route des Lofoten

Voyage - 20.01.2019

Etape

3

Narvik, sur la route des Lofoten

Voyage - 20.01.2019

Nous entrons en Norvège par la ville de Narvik avant de rejoindre au large les si fameuses îles Lofoten. C’est la troisième étape de notre voyage, le moment de retrouver un pays – la Norvège - qu’on avait adoré visiter il y a quelques années. On y fait encore de belles découvertes : un musée sur la Bataille de Narvik en 1940, une aventure en télécabine et sur l’île d’Austvågøya, nos premiers paysages des Lofoten. Montez avec nous dans le bus, c’est parti !

Jour 6 : Un jour à Narvik

Ce matin, nous quittons Abisko en Suède. On voulait repartir en train, atteindre Narvik par le rail, suivre le fer jusqu’au bout du chemin. Le train est complet, on prend le bus.

Nous sommes au bord de la route nationale dès 8h10, à la sortie du village d’Abisko. Un américain de Nashville attend aussi. Il fait un tour d’Europe des pays les moins chers, et le voilà donc en Suède, en route pour la Norvège, l’un des pays les plus onéreux au monde. Il le sait, se moque de la contradiction, trop heureux de visiter ces terres sauvages du Nord de l’Europe. Nous montons dans le bus à 8h35 et quittons les vastes plateaux lapons pour le fond des fjords. La route qui traverse la frontière est sublime, et Narvik nous accueille sous le soleil peu avant 10 heures.

Nous avons 5 heures à tuer dans une ville qui selon Le Routard ressemble à une punition, et pourtant, c’est une fort belle journée qui nous attend.

fish’n’chips à Narvik

Un Fish’n’Chips à Narvik, quel délice !


Les trois visites incontournables à faire à Narvik

Je dois dire qu’à ma grande surprise cette balade dans Narvik m’enchante. Malgré un centre-ville un peu terne, la ville sait offrir au voyageur curieux de belles découvertes.

Narvik est pour nous l’occasion de :
  • Saisir l’importance de la Bataille de Narvik au Krigsmuseum – Lire mon article sur ce Musée
  • Déguster un excellent fish’n’chips au marché au Poisson
  • Grimper en altitude et profiter du panorama au sommet du Narvikfjellet

  • En télécabine au sommet du Narvikfjellet

    Narvikfjellet_Narvik_Norvège Avec la télécabine du Narvikfjellet, les paysages de Narvik ne vous couteront pas un seul effort. Elle gravit la pente raide en 12 minutes, atteignant l’altitude de 650m en surplomb de la ville. Les flemmards diront que le point de vue y est bien suffisant. Les courageux marcheront 30mn de plus jusqu’au sommet de la montagne.

    Je vous conseille vraiment l’aller-retour en télécabine sur cette montagne. Le panorama permet d’admirer les immenses installations portuaires de la ville au cœur d’un décor de fjords et de glaciers.

    Et si vous venez l’hiver, vous pourrez profiter des pentes du Narvikfjellet pour faire un peu de ski en terre polaire. L’idée est alléchante, non ?

    Plus d’infos : Site internet Narvikfjellet

    De Narvik à Kabelvvåg, des paysages éblouissants

    A 15h30, nous reprenons le bus, cette fois pour 4h30 en direction de Kabelvåg. On s’inquiétait de ce trajet, le plus long jamais organisé avec Héloïse (Petit rappel : nous voyageons en famille avec Héloïse, notre petite aventurière qui a 9 mois), mais quand on découvre le siège bébé intégré directement dans le bus, c’est comme si on nous offrait le plus beau des cadeaux. Héloïse va pouvoir manger, dormir, jouer, toujours bien calée dans son baquet Deluxe. Elle voit défiler les paysages splendides de Norvège, les maisons rouges au bord des fjords verdoyants, les vallées abruptes des îles Vesteralen, les ponts et les tunnels sous les pics acérés des Lofoten.

    îles Vesteralen

    Sur la route pour les Lofoten


    Au bout de ce chemin exquis, nous descendons au village de Kabelvåg et retrouvons Kenneth qui nous accueille pour deux nuits dans sa guesthouse Kabelvag Overnatting.

    Je fais quelques courses au Coop local, ouvert jusqu’à 23 heures, histoire de ne pas finir la soirée le ventre vide. Quand je rentre, la ville est endormie mais ses rues encore animées. Des bolides foncent à travers les rues désertes comme pour participer à une course endiablée. Seulement ici, point de moteur rutilant. Les bolides, ce sont les mouettes.

    Jour 7 : Kabelvag et le port de Henningsvaer

    On le sait par expérience, la météo en Norvège est toujours imprévisible. La brume matinale qui bouche l’horizon à 111 mètres d’altitude va-t-elle se dissiper ? On l’espère fort pour notre premier jour de découverte des îles Lofoten.

    Henningsvaer aux Lofoten

    Henningsvaer, un joli village et un port coloré


    Nous optons en tout cas pour une visite matinale du village de Henningsvaer, un port de pêche éclaté sur plusieurs îlots entre l’île d’Austvågøya et l’océan Atlantique. Avec ses maisons sur pilotis et ses séchoirs à morue (vides au mois d’Août), il est typique des Lofoten. Son décor naturel aussi est caractéristique, mais la brume tenace nous empêche de distinguer les cimes. Aujourd’hui, c’est un petit port, rien de plus. On est un peu déçus.

    De retour à Kabelvåg, on profite du cadre rustique du restaurant Praestengbrygga, puis du jardin de notre hôte. Le ciel s’est un peu découvert, alors on part randonner dans l’arrière-pays. Sur la carte, une série de lacs semble reliée par des sentiers. Les lacs sont bien là, mais les sentiers se perdent dans la vase. Nos pieds prennent l’eau et les nuages s’amoncellent à nouveau. Nous marchons au total 2h30 vers le plus grand lac par de jolis points de vue avant de rentrer à Kabelvag.

     Vue depuis le restaurant Praestengbrygga à Kabelvag

    Vue depuis le restaurant Praestengbrygga à Kabelvag


    Les nuits sont calmes et claires à Kabelvåg. La lumière pénètre discrètement dans notre chambre, mais nous n’entendons pas la circulation sur la route E10 toute proche. Les campings-car peuvent continuer leur va-et-vient sans nous déranger.

    Où dormir à Kabelvag : Kabelvag Overnatting

    Kabelvag Overnatting On s’est senti un peu comme chez nous dans la Guesthouse de Kenneth. Lui vit au premier étage de la maison, les invités s’installent au rez-de-chaussée. Il loue quelques chambres - la nôtre avait un petit coin salon et un frigo à disposition - et des espaces à partager (WC, salle de bain, cuisine, buanderie avec lave-linge et sèche-linge). Le jardin est agréable et nous en avons profité en toute tranquillité puisqu’aucun autre résident ne semblait y trouver d’intérêt. Je vous conseille vivement le petit déjeuner ensoleillé sur la table à l’extérieur !

    Kenneth a été l’hôte le plus accueillant de toutes nos escapades norvégiennes jusqu’ici. La porte de l’étage où il vit est toujours ouverte en cas de besoin. On peut venir prendre sa douche en haut s’il y a trop d’attente en bas. On sent qu’il aime accueillir et partager.

    C’est une guesthouse que je vous conseille. Les chambres sont à partir de 80 € la nuit en haute saison.

    Infos et Réservations : Kabelvag Overnatting sur Booking

    Jour 8 : Au revoir Kabelvag. Bonjour….

    Avant de prendre le bus pour des îles plus au Sud, nous passons notre dernière matinée à Kabelvag. Le Lofotmuseet n’est qu’à quelques minutes de notre guesthouse. On se rend à pied visiter ce musée en plein air, reconstitution grandeur nature d’un village de pêcheurs. L’endroit, très joli, est habité depuis la nuit des temps. Les ancêtres Vikings, c’est sûr, avaient du goût pour les beaux endroits.

    Lofotmuseet à Kabelvag, Norvège

    Le musée à ciel ouvert de Lofotmuseet


    13h15 s’approchent à grands pas, et comme c’est l’horaire du bus express pour l’ouest, on se rend à l’abribus local, pas loin du port de Kabelvåg. En face, un père et sa fille rangent quelques paires de skis dans une remorque avant de prendre la route pour les vacances. Oui, on s’occupe comme on peut.

    Le bus est en retard.

    Une femme arrive avec 3 gamins rigolards et adorables. Héloïse gazouille, c’est sa façon de dire bonjour. On attend le bus avec cette famille. La maman s’appelle Adda, elle vient de Somalie et vit désormais à Svolvær. Choc des climats, choc des cultures. L’anglais est balbutié, la communication peu évidente. Adda part quelques instants faire une course avec ses enfants, elle en revient avec des glaces. Avec un grand sourire, elle en propose à chacun d’entre nous. Cadeau inattendu, générosité gratuite et naturelle… Comme un monde à l’envers.

    On notera que les rencontres éphémères sont toujours étrangères depuis le début de notre voyage. Seattle, Mossoul, Mogadiscio... Avec les suédois et les norvégiens, nous avons du mal à briser la glace . Voyons la suite…

    Commentaires

    Article : Narvik, sur la route des Lofoten
    Vous avez aimé cet article ? Vous voulez ajouter quelque chose ? Dites-le moi en postant un commentaire !





    Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Lancez-vous en premier !
      Au-delà du Cercle Polaire

      Récit de voyage

    1. Introduction : Au-delà du Cercle Polaire
    2. Le voyage commence à Luleå
    3. Abisko, la Porte de Laponie
    4. Narvik, sur la route des Lofoten
    5. À travers les Lofoten
    6. Le temps des Lofoten
    7. Et si on s’arrêtait là…
    8. L’express Lofoten – Bodo - Paris

    Etape 4

    À travers les Lofoten

    Lire l'article

    Plus d'articles...