logo lacartedumonde.fr fond transparent
En pleine nature sur les îles Lofoten

En pleine nature sur les îles Lofoten

Les îles du bout du monde

En pleine nature sur les îles Lofoten

Notre voyage au-delà du Cercle Polaire s’achève au bout du monde, dans le sud des îles Lofoten. Sur Flakstadøya et Moskenesøya, les îles norvégiennes s’élancent vers le ciel et tombent à pic dans la mer. C’est un paysage grandiose qui nous attend dans l’une des destinations les plus célèbres de Norvège. Partons à la découverte du sud des îles Lofoten.

Cet article parcourt les îles de Flakstadøya et Moskenesøya, qui sont les deux îles à l’extrême sud ouest de l’archipel des Lofoten. Pour une escapade sur une autre des îles Lofoten, je vous invite aussi à lire mon article Kabelvag, première étape sur les îles Lofoten.

Nous dormons 5 nuits dans cette partie des îles Lofoten. Cinq nuits, c’est beaucoup, oui mais voilà, sur les îles norvégiennes, et en particulier les Lofoten, la météo est capricieuse. Pendant notre séjour, elle sera pluvieuse, venteuse, tempétueuse. Dans ces contrées, il est important de se garder quelques jours de réserve, ils ne suffiront pas à nous offrir un seul jour de ciel bleu. Le soleil ne se montrera que de temps en temps, souvent le soir, nous laissant admirer de somptueux couchers de soleil. Il sera bien présent, par contre, le dernier jour, celui du départ.

Le village de Reine, étape incontournable sur les îles Lofoten
Le village de Reine, l’un des plus célèbres points de vue des îles Lofoten

Où dormir au sud des îles Lofoten

Les îles de Flakstadøya et Moskenesøya sont d’étroits rubans montagneux encadrés de toutes parts par l’océan atlantique. Il n’y a pas de ville à proprement parler, mais quelques villages et campings, le plus souvent le long de la route nationale 17, celle qui traverse tout l’archipel des Lofoten.

Si comme nous, vous êtes sans voiture, vous préférerez dormir le long de cette route, car peu de bus s’aventurent au-delà. Sinon, il faudra marcher quelques kilomètres, par exemple pour aller vers Sund ou dans les environs de Fredvang.

A lire : Se déplacer en Norvège : la Norvège sans voiture

(Presque) le paradis

Séduit par le cadre inouï, on avait prévu de s’installer pour 5 nuits au Skagen Camping de Flakstad, renommé depuis Lofoten Beach Camp. Il y a sur place 5 chambres et un petit bungalow à louer. On avait réservé le bungalow.

Et oui, l’endroit est formidable, ceinturé de montagnes amples et ciselées. La plage est blanche, sauvage. Ce sera notre petit paradis dans la nature.

En fait, pas tout à fait. Il y a un problème. La cabane est infestée. La cabane est infestée d’insectes. Un spécialiste est passé hier inonder les lieux de produits chimiques et mis la zone sous quarantaine. Il repassera dans deux jours.

Un rorbu à Ramberg

Comme nous en avions fait l’expérience à Alesund quelques années plus tôt, en Norvège, on ne vous laisse pas dans la nature en cas d’imprévu. Notre hôte a déjà trouvé une solution de remplacement lorsque nous arrivons sur place. Il nous emmène dans le port de Ramberg, 3 km plus loin, où il a déniché le dernier logement disponible dans le coin.

C’est un rorbu, une maison de pêcheur à l’écart de tout. Dernier rempart à l’extrêmité de la jetée du port de Ramberg, elle se situe au bout d’une route caillouteuse. C’est la maison du Polar scandinave, vous savez, celle où on cache les corps. Cette maison, c’est la nôtre.

Notre rorbu sur le port de Ramberg
Notre rorbu sur le port de Ramberg

On monte au premier étage par un raide escalier, car le rez-de-chaussée est réservé au matériel de pêche et quelques morues qui sèchent accrochées au plafond. Avec ses 2 chambres et son grand salon, l’endroit est confortable, un peu sombre malgré des fenêtres situées aux 4 points cardinaux. On peut observer le petit chalutier amarré sur le pont tout en restant affalé sur le canapé. On voit au loin les pics de Moskenesøya et plus près l’activité discrète du port de Ramberg.

Ce n’est pas tout à fait ce dont on rêvait, on doit marcher 30 minutes pour rejoindre la route et un peu plus pour faire nos courses, mais le lieu a de quoi intriguer. Il dégage une atmosphère très particulière.

Coucher de soleil sur Ramberg Jetée du port de Ramberg Ramberg sur les îles Lofoten
Lumières du coucher de soleil depuis notre rorbu à Ramberg

Seuls au bout du monde, nous finissons la journée assis sur les rochers face au soleil couchant. A 22h30, face à notre rorbu, le soleil entame sa chute lente et inexorable dans un ciel de lumières qui rougeoie au-delà de Minuit. Superbe !

La plage de Ramberg, au sud des îles Lofoten

Ramberg pratique

Ramberg est une des localités au sud des îles Lofoten où l’on trouve le plus de services, commerces et restaurants. Il y a un grand supermarché entre le centre et le port, plusieurs cafés et restaurants et un camping qui donne directement sur la plage. Elle peut donc constituer une halte pratique dans bien des cas.

Pour les après-midi pluvieux, je vous conseille l’adorable café Friisgarden où l’on peut déguster par exemple d’excellentes soupes de poisson faites maison.

Les couchers de soleil du Skagen Camping

Nous déménageons à nouveau quelques jours plus tard pour cette fois-ci nous rendre pour de bon au Skagen Camping. Le bungalow est toujours pris dans les effluves d’insectiside, alors nous nous contenterons d’une chambre privée dans un petit bâtiment qui en contient cinq. Douches et cuisine partagées.

C’est un petit cagibi, à peine la place pour mettre le lit bébé.. On perd tout le confort du rorbu. Mais on n’hésite pas vraiment, car le cadre est merveilleux, sauvage et tout sera plus pratique pour nous ici. On peut laver notre linge, louer des vélos et l’arrêt de bus est en face de l’entrée.

C’est dans ce nouveau décor que nous assistons à un coucher de soleil infiniment long, excessivement beau.

Lumières du soir près de Flakstad sur les îles Lofoten
Lumières du soir autour du Skagen Camping à Flakstad

Le village paisible de Flakstad

Le Skagen Camping se situe tout à côté du village de Flakstad, un séduisant petit hameau très tranquille. On profite de notre dernière journée pour partir à sa découverte à pied.

Flakstad est une toute petite commune installée sur un replat côtier, on y visite surtout l’église en bois et son mignon clocher à bulbe. Les vaches paraissent tranquillement dans les champs vallonnés à l’entrée du fjord. La campagne, la mer, la montagne… Flakstad est en quelque sorte la combinaison sereine de la Normandie et des Alpes.

Plusieurs sentiers grimpent dans l’arrière-pays et offrent des points de vue depuis les sommets. Juste au-dessus du village domine le Flakstadtinden, 480 mètres. Le sentier est semble-t-il aménagé, facile. On devrait pouvoir atteindre le point de vue au sommet. On grimpe sans difficultés la première partie, jusqu’à un cabanon qui sert de refuge. Avec Héloïse dans le porte-bébé, la suite est plus compliquée, le chemin boueux grimpant droit le long d’un pierrier de plus en plus raide.

Sur le chemin vers le Flakstadtinden
Notre petit refuge pour le biberon du soir sur le chemin du Flakstadtinden

On s’arrête à mi-chemin de la montée. Il va vraiment falloir qu’on troque le porte-bébé par un sac à dos plus robuste. (à lire : Matériel et accessoires pour un voyage avec bébé)

Héloïse prendra son biberon du soir dans le refuge plutôt qu’au sommet, dans l’ombre des nuages et des aiguilles noires, sur ce plateau perlé de lacs et de roches grises. Le décor est pas mal non plus.

Temps typique des îles Lofoten

Météo sur les îles Lofoten

Si l’on en croît notre expérience, il pleut à peu près tout le temps sur les îles Lofoten. En une semaine passée sur place, nous avons eu droit à quelques couchers de soleil et deux après-midi plutôt ensoleillés. Pour le reste, pluie, grisaille et vent.

Sur les îles Lofoten, comme partout en Norvège, le climat est humide, mais notre expérience n’est pas science. Si vous partez sur les Lofoten, vous y verrez peut-être le soleil plus que nous.

En tout cas, en Norvège, on fait toujours un point météo matin, midi et soir, car le temps change souvent. Le site lyr.no, la météo en Norvège, est votre meilleur allié pour prévoir le temps qu’il va faire.

Randonnée (impossible) sur les îles Lofoten

La randonnée incontournable sur les îles Lofoten, c’est celle qui grimpe au refuge de Munkebu depuis le village de Sørvågen.

Le routard annonce une randonnée accessible aux familles.. De quoi partir l’esprit libre avec le porte bébé. Après 45 minutes de bus, et une rencontre fortuite avec un groupe Terres d’Aventures (et son guide qui nous indique le départ du sentier), on s’élance sur le chemin de Munkebu.

On grimpe rapidement le long d’une cascade jusqu’à un premier lac. Le terrain est un peu humide, mais on passe sans difficultés. Jusqu’à un passage de cordes. J’avais entendu parler de ces cordes. Il y en a souvent en randonnée, pour se rassurer, pour s’aider. Celles-ci sont faites pour se hisser sur un rocher glissant et abrupt. Il faut dire qu’il a beaucoup plu ces derniers jours. Avec bébé, ce n’est pas la meilleure idée.

Pique nique sous la pluie
Pique nique sous la pluie sur la randonnée vers le refuge de Munkebu

Je passe en faisant très attention à ne pas chavirer ou glisser, mais je suis mal à l’aise, et me pose de vraies questions sur la descente. Quand on atteint le surplomb, on décide de s’arrêter pique-niquer, sans aller plus loin. Les randonneurs croisés nous expliquent qu’au refuge, on ne voit pas à 10 mètres, qu’il faut escalader des rochers pour y parvenir et que dans ces conditions, beaucoup se perdent dans la brume.

Pas de regrets donc aujourd’hui, la météo continue de ne pas être avec nous… Et dire que ce matin, j’imaginais peut-être pouvoir gravir le Mont Munken, au-delà du refuge pour admirer l’un des plus beaux panoramas des îles Lofoten.

La descente sera au final plus facile que la montée. Je me cramponne aux cordes en descendant sur les fesses, un style pas très académique mais efficace et sans danger. On est en tout cas bien soulagés de rentrer sans bobo à Sørvågen. Chez Anna, un café ravissant sur le petit port, on se rafraichit en attendant le bus.

Sur la randonnée du Munkebu dans le sud des îles Lofoten

Trouver ses randonnées sur les îles Lofoten

Le site rando-lofoten.net rassemble près de 100 parcours de randonnée sur l’ensemble des îles Lofoten. C’est une bonne source d’informations, en français, pour préparer son voyage à pied sur les îles Lofoten

Les villages du sud des îles Lofoten

Quand le temps est à la pluie, on peut toujours se passer de randonnée et visiter les jolis villages de Moskenesøya, la dernière île Lofoten avant la mer. Les bus permettent de circuler d’une localité à l’autre et de visiter différents villages en une seule journée, même si on regrette qu’il n’y en ait pas plus (des bus).

Å i Lofoten, un village de rorbus

Sur la carte, Å est au bout de la route, le dernier bled avant la mer. Au bout du monde la déception. Arrivés dans le village, nous nous retrouvons au cœur de ce qui nous semble être une résidence hôtelière de vrais Rorbus faussement retapés, entrelardés de câbles électriques, de hangars vilains et de parkings pour Campings-car. Même le cadre naturel est assez commun. Peut-être pas « commun », allez, mais loin du grand spectacle annoncé. Au bout de 45mn, nous reprenons le bus. Plutôt déçus.

Le temps est si triste aujourd’hui. Une chape grise a mis la lumière sous le boisseau. Les Lofoten y perdent forcément une partie de leur splendeur.

Village de a i lofoten
Les rorbus de A i Lofoten

Reine, l’incontournable carte postale des îles Lofoten

Le paysage s’ouvre sur un chapelet d’îles entre fjord et mer, au pied d’un cirque montagneux imposant. Nous arrivons à Reine plein d’espoirs, et le bus nous dépose dans son cadre enchanteur. Déception encore pour le village, quelques jolis rorbus trop propres sont l’apanage des touristes en villégiature, et le point de ralliement est une grande place-parking sans charme. On fait le vœu de s’éloigner et marchons vers la sortie du village. En s’éloignant un peu, il faut bien le dire, le cadre est extraordinaire.

Reine n’est pas très sans voiture friendly. On marche le long de la route, faute de mieux, vers différents points de vue tout autour des îles du village. Notre endroit favori : ce séchoir à morue géant qui trône sans obstacles face aux eaux vert sombre du fjord. On n’ira pas au sommet de Reinebingen, falaise noire pyramidale, d’où la vue sur Reine est la plus connue. C’est la photo de tous les catalogues de promotion de la région, mais la montée est raide, pas aménagée, boueuse par temps humide… Avec bébé, on fait l’impasse.

Village de Reine au sud des îles Lofoten
Dans le village de Reine

Moskenes, le port du sud des îles Lofoten

La petite baie de Moskenes accueille le port des ferries pour Bodø . Cette fois-ci, le soleil plane pour de bon au-dessus de l’horizon. Nous quittons les paysages très beaux des îles Lofoten pour rejoindre la terre ferme. Sur le pont arrière, nous voyons s’éloigner petit à petit la large muraille des îles Lofoten, et de l’autre côté, regardons bientôt s’approcher les côtes de Norvège.

Monter dans la tour de contrôle, au musée national de l’aviation à Bodo en Norvège

A voir : le musée de l’aviation à Bodø

La ville de Bodø n’est souvent qu’une escale obligatoire entre un vol et un ferry. N’hésitez pas à passer au Musée national de l’aviation, un must en la matière.

Le musée est séparé en deux grands thèmes, le civil et le militaire. La partie civile étant fermée pour rénovation, nous nous retrouvons dans une immense salle de maquettes militaires grandeur nature accrochées au plafond. La scénographie est impressionnante et très réussie, comme cette reconstitution d’une scène de crash (un moment zen avant de reprendre l’avion), ou d’une éjection du cockpit en parachute. L’action contemporaine de l’aviation norvégienne au sein de l’OTAN y est particulièrement mise en avant.

Le musée est située à 20 minutes à pied de l’entrée de l’aéroport, et on peut déposer ses bagages en consigne à l’entrée.

En Suède et en Norvège, au-delà du cercle polaire

Vous venez de lire la dernière étape. Voulez-vous le revivre depuis le début ?

En Suède et en Norvège, au-delà du cercle polaire

Découvrir
Un peu de publicité pour repartir en voyage ;)
N'hésitez pas à laisser un commentaire Je vous réponds la plupart du temps en moins de 48 heures !
Partager votre commentaire





Les commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article. Lancez-vous en premier !

Votre prochaine destination ?

Si cet article vous a intéressé, il y a sans doute plus de contenus à découvrir sur La carte du Monde. Alors on part où ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partager
A lire également Peut-on voyager avec un bébé ? Kabelvåg, notre première étape sur l'archipel des Lofoten
Retourner en haut
Raphaël, la cartedumonde.fr

A propos

Je suis Raphaël et j'ai créé la carte du monde, un blog voyageur sans voiture, en famille et très souvent dans la nature. Ce blog voyageur existe depuis le 23 septembre 2015. 6 ans déjà ! Je l’ai appelé La Carte du Monde, car c’est dans les atlas, les globes terrestres et les planisphères que j’ai puisé mes premiers rêves de voyage. Depuis, j’ai grandi, et certains de mes rêves sont devenus réalité. Je peux désormais tracer mes itinéraires directement sur la planète Terre. Plus d'infos